les petites robes noires

Les fabuleuses découvertes de Charlie et Rose

Home > Surexposer

Surexposer

Avec une maquette digne des catalogues des grandes expositions, cette nouvelle revue met à l'honneur les talents créatifs de tous bords.

Composer, Annoncer, Créer, Se souvenir, Interpeller… à chaque rubrique, Surexposer nous emmène à la rencontre d’une personnalité et de sa vision personnelle sur le monde qui l’entoure.

Audrey et Matthias, soeur et frère mais surtout créateurs de Surexposer ont répondu à nos questions. Interview croisée.

A la tête d’une petite agence de communication depuis 6 ans, Audrey et Matthias avaient envie de s’investir, en parallèle, sur un projet plus personnel et l’idée d’une revue leur trottait dans la tête. Dans leur travail, les enjeux commerciaux prenant de plus en plus le pas sur la créativité et la notion de savoir-faire étant aujourd’hui assez dévalorisée… ils ont imaginé Surexposer.

Surexposer est né de l’idée de donner la parole à des talents méconnus, de comprendre leurs parcours et de partager leurs regards – souvent inspirants – sur notre époque.

Mariage du web et du papier

Matthias : De par notre activité professionnelle, nous sommes toute la journée dans le web, et également de grands consommateurs de blogs. Pour autant, nous avons toujours lu également beaucoup de magazines et de revues.

Même si cela peut paraître un peu ‘old school’, le plaisir d’avoir un magazine entre les mains reste pour nous unique.

Audrey :  On voulait aussi que Surexposer soit un bel objet, imprimé sur du beau papier avec une mise en page soignée. Bien sûr, qui dit conception d’une revue dit frais d’impression… mais on souhaitait aller au bout de notre idée et faire de Surexposer un objet qui nous ressemble et que l’on ait envie de conserver. Raison pour laquelle nous n’avons pas non plus inséré de pubs.

Sélection de créatifs

Matthias : Lorsque l’on prépare un numéro, on pense naturellement à des personnalités que l’on suit depuis longtemps ou bien que l’on a découvert plus récemment. A côté de cela, on effectue aussi des recherches en fonction de certains domaines créatifs que l’on souhaite mettre en avant comme, par exemple, le stylisme culinaire qui figurera dans le prochain numéro.

Audrey : Dans tous les cas, on cogite pas mal en amont avant de contacter quelqu’un. L’idée, c’est toujours de trouver des personnalités fortes, aux parcours intéressants ou aux savoir-faire inattendus. Surexposer ne s’adresse pas à un public spécifiquement féminin ou masculin. Quand on donne la parole à une créatrice de bijoux comme Lunaticart, par exemple, on sait que son histoire est passionnante et qu’elle est susceptible d’intéresser tous nos lecteurs.

Au final, chaque numéro est un mélange des genres clairement assumé dont on espère l’alchimie réussie.

Vos petites robes noires

Matthias :  En ce moment, j’écoute en boucle Vulfpeck qui vient de sortir un nouvel EP digital. Je guette aussi la sortie de celui de Marie-Flore dont j’aime définitivement la voix et l’univers et que l’on peut d’ailleurs découvrir dans le 2e numéro de Surexposer.

Audrey : Moi, je dirais Bastien Dubois. Il a fait de ses carnets de voyage de superbes petits films d’animation de 3 minutes. Ils sont diffusés en ce moment tous les soirs sur Arte à 20h45 et je suis totalement fan !

Retrouvez la revue Surexposer sur surexposer.fr


...

Rédigé par Bernie.

Une réponse à “Surexposer”

  1. Sorge dit :

    Lisez cette revue « Surexposer »! C’est très innovant, fort intéressant et unique sur le marche!
    Jcs

Répondre à Sorge